L’autisme infantile et sa prise en charge

Il n’y a pas de parent qui désire voir son enfant souffrir. Surtout pas de handicap dès la naissance. Malheureusement, la réalité est telle que nous voulons parfois une chose et nous acquérons une autre. Ce qu’il faut faire lorsqu’on semble ne pas avoir de réel pouvoir d’action, c’est apprendre à s’adapter. L’autisme ou TSA (trouble du spectre de l’autisme) est une différence neurologique qui entraîne un détachement de la réalité commune et un repliement sur soi.

L’autisme implique chez l’enfant des troubles et difficultés de communication, de réaction et d’interaction avec la société. L’autisme est un handicap difficile à diagnostiquer dans les pays à revenu faible. C’est également un handicap sur lequel même les pays développés ont un retard cuisant et qui de ce fait est difficile à gérer pour les parents d’enfants autistes. En 2012 l’organisation mondiale de la santé enregistrait soixante-deux personnes avec des troubles du spectre de l’autisme sur dix mille personnes. Le taux ne paraît peut-être pas élevé mais, le diagnostic étant encore difficile dans certaines contrées, toutes les données n’étaient pas collectées. L’autisme est un handicap dont la difficulté réside d’abord dans la maîtrise efficace et dans le fait qu’il n’y ait qu’une petite visibilité sur le mal, entrainant donc de petites solutions surtout dans les pays en voie de développement. Quoiqu’il en soit, gérer un enfant autiste est un art que plusieurs parents ont du mal à maîtriser.
Comment diagnostiquer les troubles du spectre de l’autisme ? Comment se manifeste l’autisme ? Et comment s’y prendre avec un enfant ou un sujet atteint des troubles du spectre de l’autisme ? Aider les parents non averti et l’entourage des personnes autistes à mieux se comporter est l’objectif que nous allons détailler dans les lignes suivantes.

LE DIAGNOSTIC DES TROUBLES DU SPECTRE DE L’AUTISME

L’autisme est un handicap qui peut être s’observer chez l’enfant déjà à partir du dix-huitième moi avec certitude. Il y a dans de rares cas, une prédisposition génétique à l’autisme. Cependant, la plupart du temps, l’autisme apparaît suite aux mutations survenues en période de grossesse. Avant tout diagnostic médical, on peut déjà remarquer chez l’enfant avant un an, l’absence totale de geste ou de babillage montrant l’envie de communiquer. Progressivement, le constat continue avec la remarque d’aucune prononciation de mots ou de parole jusqu’à un an et demi deux ans. Vient ensuite le constat douloureux de l’incapacité de langage et de socialisation à proprement parler. Mais on ne parle de trouble de spectre d’autisme qu’après un diagnostic médical effectivement établi. Avant ça, toutes les formes de constats précités ne sont que d’éventuels signes précurseurs. Une fois le diagnostic établi, vous bénéficierez certainement de conseils et de suivi médical. Mais comment réussir à identifier une crise d’autisme et à prendre efficacement soin d’un enfant autiste ?

LA MANIFESTATION DES TROUBLES DU SPECTRE DE L’AUTISME

L’autisme est un trouble chronique, il existe des troubles légers et des troubles sévères du spectre de l’autisme. Il y a l’autisme avec et l’autisme sans déficience mentale ou intellectuelle. L’autiste a du mal à avoir un contact social, il peut observer des réactions violentes à tout moment et souffre souvent de graves troubles de sommeil. L’enfant autiste à tendance à s’isoler. Il se sent incompris, il est instable et frustrer. Il ne communique pas verbalement. Il est souvent agressif parce qu’il ne réussit pas à s’exprimer autrement. Il a du mal à s’adapter aux activités des enfants de son âge. L’enfant atteint de troubles du spectre de l’autisme manifeste son mal par des cris, la fuite, et même des morsures. Il est hostile aux étrangers et a peur de l’inconnu. Il vit sa propre réalité.

COMMENT AIDER UN ENFANT AUTISTE ?

Actuellement, il n’y a malheureusement pas de remède pouvant soigner l’autisme. Mais il existe des traitements médicamenteux aux troubles de comportement et de sommeil pour autistes. Mais en tant que parent d’autiste, d’abord, il faut pouvoir montrer à votre enfant que vous l’aimez. Donnez-lui beaucoup d’amour et installez entre vous une relation de confiance. Il faut qu’en votre compagnie l’enfant se sente en sécurité. Un enfant autiste ne comprend pas forcément le langage verbal ou les expressions faciales. Mais comme tout le monde, l’enfant autiste comprend le langage de la douceur, des câlins et comprendra progressivement celui des gestes. Il faut également pouvoir lui enseigner et instaurer la communication entre vous notamment avec des outils comme un calendrier visuel ou une tablette. Il est bien de mettre ou courant votre environnement afin que les gens évitent de le brusquer et de savoir se tenir en sa présence. Soyez attentif à ses comportements et encouragez-le à chaque effort. Lorsqu’il commence par grandir, vous pouvez commencer progressivement à lui laisser un peu de liberté. Néanmoins pour sa sécurité, vous pouvez faire usage de GPS ou des systèmes de géolocalisation adapté. Vu qu’il est plus facile de prévenir une crise ou un trouble de comportement que de la gérer, vous devriez être très attentif et pouvoir être en mesure de connaître les facteurs déclencheurs de troubles de comportement chez vos enfants atteint de troubles du spectre de l’autisme afin de les éviter ou de les prévenir. Allez-y toujours modérément avec lui. Soyez courageux, patient mais surtout attentionné.

CONCLUSION

Les troubles du spectre de l’autisme constituent encore dans nos sociétés un sujet avec beaucoup de zones d’ombres. Il est donc vrai, qu’on doit être content du fait que grand nombre de personnes n’en souffre pas (environ 1% de la population mondiale). Néanmoins, on a besoin pousser la sensibilisation afin que les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme bénéficient d’une bonne prise en charge et que leur entourage soit éduqué et édifier par rapport à la question. Les troubles du spectre de l’autisme comme tout autre handicap ne prévient pas même si on note des prédispositions génétiques en matière de transmission. Ce qu’il y a lieu de faire, c’est d’encourager les parents dans leur tâche et les autistes dans leur effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.