4 points à connaître sur le métier de kinésiologue

La kinésiologie est une forme de médecine douce en plein essor depuis quelques dizaines d’années. Elle vise notamment à rééquilibrer le bienêtre de tout individu aussi bien sur le plan psychique que sur le plan physique. Bien qu’elle ne soit pas une sorte de thérapie, elle est donc tout de même bénéfique pour la santé sur bien des points. C’est l’une des raisons pour lesquelles elle est actuellement très appréciée par beaucoup de monde. De plus en plus de personnes s’intéressent même au métier du spécialiste du domaine à l’heure actuelle. Voici justement l’essentiel à connaître à ce sujet.

La profession et le cadre d’exercice du professionnel

Il est tout d’abord bon de savoir que le titre de kinésiologue est désormais protégé. En d’autres termes, ce n’est pas tout le monde qui peut exercer le métier. Même les thérapeutes n’ont pas le droit d’intégrer la discipline au sein de leur pratique. Ainsi, pour occuper la profession, il est impératif de bénéficier d’une habilitation délivrée par le syndicat national des spécialistes du domaine (SNK). Bien évidemment, il est indispensable de respecter certaines conditions avant de pouvoir obtenir le fameux titre. Il est, entre autres, obligatoire de suivre une formation de 600 heures tout au moins, et de réussir à un examen. Pour ce qui est du cadre d’exercice du professionnel en question, il peut travailler dans une clinique privée ou un cabinet privé.

Quelles sont les qualités requises pour en devenir un ?

Pour devenir kinésiologue, il est indispensable d’avoir certaines qualités spécifiques. Ainsi, tout prétendant à la profession doit avant tout avoir le sens du mouvement et de la coordination. Il doit aussi avoir de la patience. Il ne faut en aucun cas oublier que le spécialiste pratique une médecine douce par le toucher. En plus d’être habile, il doit de ce fait bien prendre son temps durant chaque séance. Il doit d’ailleurs être capable de mettre tout patient en confiance. Le professionnel est en effet amené à conseiller ses clients sur les différents mouvements à éviter, les bonnes postures à adopter, etc. Une capacité d’analyse, d’évaluation et de synthèse, et de l’empathie sont enfin nécessaires.

Quelle est la formation à suivre ?

Pour tous ceux qui souhaitent se lancer dans la pratique de la kinésiologie, il existe plusieurs parcours de formation qui s’offrent à eux. Comme il a été dit précédemment, l’essentiel, c’est de justifier d’une formation de 600 heures au minimum. Il est aussi indispensable de recevoir une autorisation du SNK. Il est bon de savoir que la formation est ouverte à tous. Il n’y a de ce fait pas de prérequis pour suivre un tel cursus. Pour valider l’inscription, un entretien peut suffire. Pour ce qui est de la durée de la formation, elle s’étale dans la plupart des cas sur plusieurs cycles, et peut donc aller à 2 ans au minimum. A noter toutefois, qu’elle est généralement onéreuse. A titre indicatif, le tarif peut atteindre les 100 à 200 euros par jour.

Quel est le salaire d’un tel spécialiste ?

Les revenus du kinésiologue sont très variables. Ils dépendent bien entendu grandement de sa clientèle. Toutefois, ils peuvent également varier en fonction de leur localisation, mais aussi de leur dynamisme. En moyenne, ils peuvent toucher entre 50 et 80 euros par jour, et entre 1000 et 3000 euros net par mois. En somme, il s’agit de ce fait d’un métier qui rapporte beaucoup bien qu’il ne nécessite aucun diplôme spécifique. L’important, c’est bien sûr de disposer de l’habilitation du SNK et de respecter les différentes conditions indiquées plus haut. Il est d’ailleurs essentiel de bien rester à l’écoute de ses clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.