Les points à savoir sur la profession comptable

Comptable, tout le monde connaît ce mot. Mais que fait réellement un comptable ? Dans quoi êtes-vous impliqué dans le domaine de la comptabilité? Et : c’est pour toi ? Vous êtes le moteur de la profession ?

Si vous vous interrogez pour la première fois sur ce qu’implique le travail comptable. Si vous êtes intéressé par un emploi en comptabilité et souhaitez en savoir plus sur les possibilités, vous êtes au bon endroit.

Qu’est-ce que la comptabilité ?

La comptabilité est un domaine dans lequel vous êtes concerné par la cartographie des finances de vos clients. La préparation des comptes annuels et autres rapports n’est que le début. Votre rôle de conseiller dans toutes sortes de domaines est beaucoup plus important.

Vous agissez comme caisse de résonance et accompagnez vos clients dans le développement de leur activité. Vos connaissances sont étendues, vous pouvez donc aider les entrepreneurs débutants et expérimentés avec des conseils (de croissance) sur mesure et ils peuvent stimuler leurs ambitions.

Équipes comptables : composition et audit

Précisément parce que la comptabilité est un domaine si polyvalent et stimulant. Dans ces équipes, vous travaillez principalement avec une grande liberté dans l’organisation de votre propre travail et suffisamment d’espace pour tout ce qui vous donne de l’énergie en privé.

Travail d’équipe sur le long terme. Dans les deux équipes, vous travaillez également avec des spécialistes dans le domaine du conseil fiscal, des ressources humaines, de l’administration des salaires et de la finance d’entreprise.

Il existe deux types de comptables en comptabilité : le consultant en administration comptable (AA) et le comptable agréé (RA). Le premier travaille au sein de la pratique de compilation, le second dans la pratique d’audit (Audit). Les deux « branches du sport » nécessitent un programme de formation spécifique et comprennent une certaine partie de la profession comptable.

L’importance d’un bon comptable

Les comptables qui font bien leur travail peuvent aider à prévenir les défaillances boursières et éviter à la société beaucoup de problèmes et de pertes. Malheureusement, les comptables échouent souvent à faire leur travail correctement. Les classeurs regorgent de cas où le comptable n’a pas fait correctement son travail. Soit dit en passant, ce ne sont pas des incidents, mais il y a des problèmes structurels dans la comptabilité.

Un mauvais et un bon comptable

Le mauvais comptable est souvent avant tout une personne de confiance de l’entreprise auditée, qui juge si tel élément des comptes annuels de son « client » peut encore être défendu en externe. Il se cache souvent derrière des explications strictes des lois et règlements et/ou n’est pas suffisamment décisif dans son travail d’audit. Cela peut donner aux parties prenantes une image incomplète ou inexacte de la situation d’une entreprise.

Un bon comptable, en revanche, place les intérêts du monde extérieur en premier. Il est proactif dans la collecte d’informations confronte les dirigeants et les administrateurs de surveillance à ses constatations. L’assemblée générale est une étape appropriée pour expliquer ses conclusions. Idem pour le rapport annuel via le rapport du commissaire aux comptes plus complet.

Outre l’aspect de continuité, un bon comptable donne son avis sur les principaux domaines de risque d’anomalies significatives dans les états financiers. Mais aussi des déviations dans les rapports qualitatifs du conseil d’administration.

Un bon comptable Ixelles informe également les investisseurs de l’étendue de son travail d’audit et de la manière dont il a évalué les éléments qui, selon lui, ont une influence significative (significative) sur les états financiers. Action corrective et d’alerte en cas de contretemps opérationnels, de fraude ou de discontinuité imminente. C’est ce que le public investisseur demande au comptable.

Conséquences pour les mauvais comptables

Les comptables qui n’agissent pas de manière adéquate ne s’en sortent pas simplement si les choses tournent mal. Ils sont conjointement et solidairement responsables de la perte totale subie par les investisseurs s’ils se sont fondés à tort sur une opinion sans réserve dans leur décision d’investissement.

Dans l’affaire Vie d’Or, la Cour suprême a établi que l’exercice des fonctions par le comptable sert également un intérêt public essentiel. Les investisseurs et les autres parties prenantes doivent pouvoir adapter leur comportement à ces informations et être sûrs que l’image présentée n’est pas trompeuse lorsqu’ils prennent ou maintiennent leur décision financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.